Agro

Réduction de gaz à effet de serre / La Côte d’Ivoire poursuit le projet REDD+ de La Mé sous la supervision de FADCI (UCP FADCI)

Avatar
Ecrit par whiteci

Mis en œuvre dans l’optique de réduire les émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation, le projet REDD+ de La Mé vise également l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines des forêts concernées. (Ph: DR)

Mis en œuvre dans l’optique de réduire les émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation, le projet REDD+ de La Mé vise également l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines des forêts concernées.  

Cette initiative, preuve de l’engagement pratique du gouvernement ivoirien à contribuer à l’assainissement de l’environnement et à la protection de celui-ci, est notamment menée dans les forêts classées de Mabi et Yaya dans la région de La Mé (8237 Km2, au Sud de la Côte d’Ivoire).

Le projet Redd+ de la Mé est porté par le Ministère de l’Environnement et du développement durable, (maître d’ouvrage) et mis en œuvre par la NITIDÆ en collaboration avec le SEP-REDD+.

Il se décline en trois objectifs spécifiques, à savoir :

  • Poser les bases d’une économie verte en participant activement aux processus actuels de décentralisation et de sécurisation des droits fonciers ;
  • Préserver, renouveler et valoriser le capital agricole et forestier régional en démontrant qu’il est possible d’intensifier la production agricole et de promouvoir l’agroforesterie ;
  •  Mesurer les impacts du projet et appuyer le processus national REDD+, notamment en terme de mobilisation des financements nécessaires au changement d’échelle et au déploiement d’une approche juridictionnelle.

Financé par la République de Côte d’Ivoire et la République Française, le projet est placé sous la supervision de l’Unité de Coordination du Programme des « Filières Agricoles Durables de Côte d’Ivoire » (FADCI) ; Il s’inscrit dans le cadre des (deux premiers) Contrats de Désendettement et de Développement (C2D).

« Le contrat de désendettement et de développement (C2D) est un outil qui permet de reconvertir la dette de certains pays. Concrètement, une fois qu’un pays pauvre très endetté a signé un C2D avec l’AFD, le pays continue d’honorer sa dette jusqu’à son remboursement et, à chaque échéance remboursée, l’AFD, source de cette précision, reverse au pays la somme correspondante sous forme de don. Celle-ci sert alors à financer des programmes de lutte contre la pauvreté ». 

En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, pays de l’Afrique de l’Ouest, pour le secteur de l’agriculture et dans le cadre d’un 1er C2D, une convention d’affectation d’un montant de 62,55 millions € a été signée le 22 novembre 2013 entre son Gouvernement et l’AFD pour financer le Programme d’Appui à la Relance des Filières Agricoles de Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire a également signé avec l’AFD un 2eC2D, d’un montant de 77 millions d’Euro le 03 décembre 2014, pour financer le Programme Filières Agricoles Durables.  

A propos de l'auteur

Avatar

whiteci

Laisser un commentaire