Reportage

Autonomisation des jeunes / La Banque Africaine de développement finance la formation de 35 jeunes à la pisciculture en Côte d’Ivoire

Avatar
Ecrit par whiteci

En Côte d’Ivoire, la Banque Africaine de Développement a soutenu le financement de la formation de 35 jeunes (femmes et hommes) du District des Montagnes à l’ouest aux fondamentaux de la pratique de la pisciculture. (Ph: DR, illustration indicative)

Trente-cinq (35) jeunes ivoiriens formés à la pisciculture à Man (Ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire) du 12 au 14 mars, l’ont été grâce au financement de la Banque Africaine de développement (BAD).

Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet d’Appui à l’autonomisation des femmes et des jeunes des régions du District des Montagnes du PRETD, financé à hauteur de 1,07 million d’euros par la Banque africaine de développement.   

Le projet piloté par la société publique Côte d’Ivoire Énergies est mis en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Côte d’Ivoire.

L’aménagement des étangs, les itinéraires techniques, la maîtrise des tâches techniques et la gestion comptable, sont entre autres fondamentaux appris aux auditeurs.

« Nous leur avons aussi fait des recommandations sur la tenue d’un cahier de ferme afin de faire de leur projet, un succès à moyen terme. Cela devrait permettre, dans 18 mois, d’avoir une nouvelle génération de pisciculteurs », précise Habib Coulibaly, formateur.

Lire aussi: Lutte contre le Coronavirus / La Banque Africaine de Développement observe des mesures préventives

Sans compter les conseils insistants donné aux apprenants par l’expert énergie de la Banque, Raymond Kitandala ; celui-ci a entre autres les exhortés à mettre en application ce qu’ils ont appris pour que le projet soit une réussite.

Pour lui, ce projet ne sera une réussite que lorsque tous les Ivoiriens seront heureux de consommer du poisson Made in Man.

L’enthousiasme de jeunes femmes et hommes à cette étude a été appréciée par le chef de service Réseaux de transport et interconnexion à Côte d’Ivoire Énergies, partenaire pilote du projet, Olivier Koffi. Lequel fait observer s’attend à la forte probabilité de l’aboutissement à l’autonomisation des bénéficiaires.  

Les auditeurs eux-mêmes se félicitent de cette activité pédagogique spécialisée et pratique qui leur permis de comprendre et maîtriser la pisciculture telle qu’elle est sérieusement pratiquée. Selon leur porte-parole, Bernard Toazaman, président de l’ONG Association pour le développement et la renaissance, dans six mois, ils seront à même de démontrer que l’aide apportée par la Banque africaine de développement et ses partenaires n’est pas fortuite.

A propos de l'auteur

Avatar

whiteci

Laisser un commentaire